top of page

Le Reflet de la Folie - Codex

Dernière mise à jour : 12 août 2019

‘’Mr. Sandman, bring me a dream…’’


C’est avec beaucoup de retard que je finis par finalement pondre ma première critique d’un jeu de chez Codex. Pourquoi est-ce que ça aura prit autant de temps? Ça je ne peux pas vraiment le dire…pourtant, l’idée de me partir un blog est venu du fait que j’avais tellement de choses à dire à la suite de ma salle favorite de chez Codex, et vous aurez deviné de la quelle il s’agit.



Le vidéo suivant a été réalisé par Les productions Bluebird pour Codex et montre des images réelles du jeu.


Avant d’entamer la critique, je dois toutefois vous souligner quelques petits points : Premièrement, je connaissais déjà Myriam, une des propriétaires, avant Codex. N’empêche que ce n’est pas la raison qui me pousse à aimer Codex autant. Deuxièmement, je suis une trèèèèèès grande fan de Codex. Les raisons pour lesquelles je le suis vont être facilement trouvable dans le texte suivant. Je tiens quand même à le préciser, car peut-être que quelqu’un qui n’a pas eu le même coup de foudre que moi pour les jeux Codex n’aura pas le même enthousiasme.


*UPDATE 12-08-19: J'ai officiellement été embauchée par Codex à titre de maître de jeu. Ceci ne change en aucun point ma critique, mais, par soucis de transparence, je tiens tout de même à le préciser. *


J’ai joué au Reflet de la Folie dans la deuxième semaine de son ouverture, et j’étais impatiente de l’essayer. Ayant déjà joué aux deux scénarios précédents de Codex avant, je n’arrivais pas à rester en place. Faute de mes trouver des amis qui voulaient venir rapidement avec moi, je me suis fait des amis, avec qui j’ai pu explorer ‘’le monde à l’envers’’ (je vous dis un très gros merci d’ailleurs de m’avoir laissé le faire avec vous!)


Chez Codex, l’immersion commence à partir du moment où nous entrons dans la salle de briefing. Nous apprenons à ce moment que nous sommes des agents qui allons être envoyés dans un autre univers afin d’aller y rétablir l’ordre. Dans ce cas-ci, un monsieur avec une ben mauvaise idée, nommé Octave Garcin, a décidé d’ouvrir un portail vers un autre univers dans l’espoir de retrouver sa femme, morte d’une maladie étrange. Semblerait qu’elle aurait pu être en pleine santé dans un autre univers, alors notre Octave a décidé de faire des rituels étranges dans l’espoir de ramener sa chérie à lui. Inutile de vous dire qu’en fait, il a foutu la merde dans son univers. La majeure partie de cette merde est déjà réglée, mais la faille vers le monde qu’il a ouvert, s’appelant Yuggoth, est encore ouverte. Le but de notre mission est donc d’aller refermer la faille de l’intérieur, en espérant ne pas y rester coincé! Une chance pour nous, ce monde infernal copie nos souvenir les plus récents, il devrait donc y avoir un téléporteur à l’intérieur. Ah, mais en fait il ne copie pas exactement nos souvenirs les plus récents : il nous les renvoie de manière macabre et dérangeante.


Crédit: Google

C’est donc un peu effrayés que nous sommes téléportés dans la demeure du docteur, en route vers son bureau, là où il a ouvert la faille. Les premières salles sont très simples, il s’agit effectivement d’une demeure crédible. Plus nous progressons dans le jeu, plus nous sommes troublés et stressés par l’univers dans lequel nous évoluons, l’idée de ne plus pouvoir retourner dans notre monde est effectivement présente, surtout une fois que nous refermons la fameuse faille!


L’ambiance est pour ainsi dire, une réussite totale! Quand je joue à un jeu Codex, je me surprends toujours à dire : Ben oui, j’aurais fait ça de même aussi si c’est moi qui avais fait le design du jeu! La musique qui devient totalement tordue une fois à Yuggoth, les lumières de couleur qui matchent avec l’ambiance (comme au cinéma!) et, que dire de la scène où nous finissons par réussir à ouvrir la faille pour pouvoir entrer dans Yuggoth : un événement en soi! C’est comme ça chez Codex, nous ne faisons pas que résoudre des énigmes, nous devenons des acteurs dans une mise en scène digne des plus grands du cinéma hollywoodien. À toutes les fois, je m’extasie sur les lumières qui sont placées stratégiquement pour nous permettre de voir certaines choses, et pas d’autres, le tout étant prévu et de façon pas du tout frustrante (pas comme certains autres jeux où tu as besoin de voir mais que tu ne vois pas). Donc, dans ce jeu, nul besoin de lampes de poche, tout ce qu’il y a à voir est très bien éclairé.


Crédit: Codex

Pour les énigmes, je dois vous dire que Le Reflet de la Folie à remporté les honneurs lors de la remise des prix 2019 des Fugitifs! Effectivement, le blog a remis au jeu la palme du jeu avec les meilleures énigmes. Je pense alors que je n’aurai pas besoin d’en dire beaucoup pour vous convaincre. Les énigmes augmentent en difficulté, plus nous avançons dans les pièces, et elles deviennent soudainement plus innovantes une fois que nous sommes rendus à Yuggoth, le paradis du cauchemar. Nous devons aussi utiliser une très étrange et spéciale technologie pour résoudre une énigme, mais pour en profiter, il vous faudra faire vite dans les autres salles. Il s’agit d’une des dernières énigmes, et il nous a fallu la faire très rapidement car nous avions un peu traîné avant. Il faut aussi beaucoup ‘’gosser’’ avec l’engin en particulier, et n’avons pas pu en profiter pleinement. Alors je vous avertis, ne traînez pas trop les pattes dans le monde du docteur Garcin, et dirigez-vous vite vers Yuggoth, là où le gros du fun se trouve! (Pas que les salles précédentes ne sont pas le fun, mais que j’aurais aimé profiter plus des énigmes à Yuggoth!) Il y a beaucoup (un peu) de cherche et trouve à faire, alors amenez votre ami qui sait comment virer son appartement à l’envers, ça vous aidera beaucoup. La technologie étant ce qu’elle est, certains éléments nous ont donné un peu de fils à retordre car ils étaient mal enlignés. Assurez-vous donc que tout ce que vous placez dans cette pièce soit aligné parfaitement avec ce qui est indiqué!


Pour les indices, nous les recevons à la manière traditionnelle Codex, soit sur un écran dans notre téléporteur! Par contre, comme Yuggoth copie nos souvenirs les plus récents, nous pouvons retrouver un téléporteur de l’autre côté de la faille aussi, et une télévision par le fait même. Je dois juste vous dire que la connexion se fait ben mal à Yuggoth, je pense que l’univers à de la misère à reproduire les fils électriques, étant donné qu’on n’en voit pas vraiment avant de s’y retrouver! (Je ne sais pas si le problème a été réglé depuis, nous on pensais que c’était voulu, mais ça a l’air que non.)


Crédit: Google

Je dois ajouter un autre paragraphe à cette critique afin de rassurer les poules mouillées d’entre-nous. J’en fait partie, alors j’ai pensé à tout vous autres là! Il faut savoir que le Reflet de la Folie ne fait jamais faire de sursaut. C’est plutôt l’ambiance qui vous rendra un peu fou, et vous donnera envie de sortir de cet endroit infâme! Mais, pour ma part, moi qui aime le ‘’creepy’’, j’y serais restée plus longtemps. Si votre enfant a regardé Stranger Things les lumières fermées sans faire un pipi, il devrait être en masse correct dans cette salle! Pour être totalement honnête, je dois tout de même vous dire que j’ai sursauté dans le bureau du Dr. Garcin, et pas à cause d’un élément qui est censé faire sursauter, c’est juste qu’un code apparaît à un moment en faisant un bruit un peu soudain, j’ai donc un peu fait le saut.


En sortant de Yuggoth (parce que oui, nous avons réussi à en sortir!) notre responsable des agents (lire ici GM) nous a invité à aller lire les rapports de fin de mission des autres jeux de chez Codex. Nous avons donc ainsi pu apprendre que Codex ne s’arrêtera pas à 3 salles, mais qu’il y aura une suite aux aventures du chapitre 1! Et que nous allons retrouver un personnage qui était présent dans leur toute première salle : Le Tombeau Spatial. Les trois premières salles de chez Codex peuvent donc être faites dans le désordre, mais j’imagine qu’il sera mieux de les effectuer avant de faire les suivantes.


Appréciation générale : Codex nous surprend encore une fois avec des énigmes immersives, innovatrices et vraiment le fun à faire! Les décors et l’ambiance font vraiment tout le charme de cette pièce, ce qui en fait ma préférée à ce jour. Avec Codex, nous ne faisons pas que jouer à un jeu, nous allons dans d’autres univers, réellement! (Okay pas vraiment, mais presque!)


Ambiance : 5/5, 10/10, 100/100, mon ambiance préférée de jeu d’évasion à ce jour, dépassant tout juste La Nuit du Loup et du Serpent avec son ambiance olfactive. 5/5

Énigmes : Géniales, congrues et intéressantes à faire. Ne vous faites pas prendre, regardez partout! 5/5


Note finale : un 5/5 bien mérité, pas téteux du tout…


Est-ce une salle à faire : Si vous ne savez pas encore si vous devriez la faire, relisez cet article.

*UPDATE 12-08-19: J'ai officiellement été embauchée par Codex à titre de maître de jeu. Ceci ne change en aucun point ma critique, mais, par soucis de transparence, je tiens tout de même à le préciser. *

Team Le Trio Maudit Crédit: Codex

Veuillez noter qu'il s'agit d'une appréciation personnelle, qui n'a été influencée par personne d'autre que le poulet en fuite. Le but de cette critique est d'orienter les joueurs vers des jeux qu'ils vont aimer, d'inspirer les concepteurs de jeux et de faire lumière sur le monde des ''escape rooms''. Votre opinion peut facilement différer du miens. Le mieux est d'essayer la salle et de voir par vous-même!


Laissez-moi vos commentaires!




117 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout
bottom of page