Le Grand Immersia Hotel - Immersia Boisbriand

Dernière mise à jour : 22 juil. 2020

** ATTENTION, CET ARTICLE PEUT CONTENIR DES ''SPOILERS'' (En bon français, divulgâcheurs) DE FAIBLE IMPORTANCE, À LIRE À VOS RISQUES ET PÉRILS**



‘’We got the hotel, motel, all of the year’’



Gros party! C’est l’annonce du siècle, le Grand Immersia Hôtel, qui avait fermé ses portes, célèbre sa réouverture dans les prochains jours. Paraîtrait-il qu’il a toujours accueilli des célébrités locales et internationales, et ce, depuis sa première ouverture en 1924. Il faut y être! C’est donc avec le grand espoir de pouvoir enfin voir de mes propres yeux Evan Peters que moi, Poulet, ainsi que mes fiers partenaires, Jonathan, Marion, JF et Lionel, nous sommes mis en direction de la grandiose ville de Boisbriand. (Quoique Lionel et Marion devaient plutôt espérer voir Daniel Radcliffe ou JK Rowling).


Comble de malheur, en route vers notre destination, nous sommes kidnappés et jetés dans le fond d’une camionnette. Notre assaillant nous fait comprendre assez rapidement que nous n’avons pas le choix de coopérer : nous avons été enlevés dans le but de mettre à exécution le plan de cet ignoble personnage, dont le but est de ‘’péter le party solide’’ au Grand Hôtel.


La pride de gens ne sera pas restée fière très longtemps, car nous sommes forcés d’entrer par effraction dans l’hôtel, qui, soit dit en passant, n’est pas inoccupé! Effectivement, tous nos faits et gestes peuvent avoir un impact sur notre ‘’mission’’, et si celle-ci ne se déroule pas comme prévu, à tout moment, il pourrait se produire une catastrophe!



*vidéo officielle de promotion du Grand Immersia Hotel*



***


Laissez-moi vous dire une chose : je n’ai jamais autant eu l’impression de me retrouver dans une situation réelle. Les décors sont hyper réalistes, que dire du Hall de l’hôtel, on y était vraiment! À partir du moment où nous sommes plongés dans la mise en situation, tout a tellement de réalisme. Je dois vous dire : ayoye! Je suis encore sous le choc! Est-ce que ce sont les plus beaux décors? Non. Est-ce qu’on est transporté ailleurs? Non. Et pourtant, c’est ce qui en fait son succès, parce qu’au lieu de vouloir nous époustoufler avec des effets spéciaux, on nous fait sentir comme si nous étions vraiment dans un hôtel. Il y a peut-être juste une salle que j’ai moins comprise, où j’ai plutôt eu l’impression de me retrouver dans la chambre de ma grande tante missionnaire (Jean-Paul 2 nous a bénis), mais malgré tout, ça n’a pas affecté mon appréciation du jeu. Certains détails m’ont bien fait rire, je ne peux en révéler trop.


*Mise à jour*

Suite à une discussion avec le grand manitou du jeu d'évasion Québécois, il semblerait qu'une information nous ait échappé! Parraîtrait que la chambre pieuse s'agit en fait de celle du concierge religieux de l'hôtel, ce qui a beaucoup plus de sens, merci Patrick!


Côté énigme, nous sommes en terrain connu. Tout accro qui se respecte ne devrait pas avoir trop de difficulté à en venir à bout! Mais, elles sont toutes très amusantes et divertissantes. Quelques énigmes ont été un peu facilitées par le fait que nous avons reconnu des similarités entre celles des jeux chez Codex *chez qui je suis maître de jeu, ainsi que Lionel*, et ça n’aura été que bénéfique pour nous, car une des épreuves nous aura causé un peu plus de problèmes (et une presque chicane de couple avec Jonathan, on aime toujours ça! Hahaha). Je crois que c’est un jeu absolument parfait pour les joueurs de tous niveaux, les débutants trouveront que c’est une bonne entrée en matière, et les plus avancés auront du plaisir à effectuer les manipulations à faire. (Et à virer les 13 tapis de la pièce à l’envers).

La réception des indices est immersive, le fait que nous devions trouver le dispositif pour les recevoir et que nous ne l’avions pas tout de suite en entrant est original, et l’endroit où il se trouvait est un peu cocasse. De plus, la manière de nous communiquer les indices était propre à la manière d’Immersia.



Étant un poulet anxieux, j’avais beaucoup d’appréhension face au jeu. Je n’en savais pas beaucoup, mais je m’étais fait un scénario comme quoi on allait nous faire peur à tout moment, que j’allais sortir traumatisée, qu’une boîte électrique allait faire des flammèches, etc. C’est beau l’overthinking! Mais non, rien de tout cela ne se produit, alors les plus anxieux de la gang n’ont vraiment aucune raison de s’inquiéter. Je suis même TELLEMENT contente de ce qu’ils ont fait, de l’utilité de l’acteur dans cette salle (ce n’est pas un spoiler, tout le monde sait qu’il y a un acteur dans cette salle, si vous ne le saviez pas, oopsi). Ce n’est pas la seule salle du Québec avec ce concept, mais c’est la seule de cette envergure. Ça me rappelait une émission dont le nom m’échappe que j’écoutais quand j’étais petite…ça devait joueur à canal famille pis c’étaient des jeunes qui faisait les agents secrets…bref!

Attention! Vous allez avoir envie de courir, mais je vous le déconseille fortement. L’homme alpha de la gang (comme il aime se faire appeler), est tombé en bas d’une marche, faisant un spectacle fantastique à Marion qui se trouvait juste derrière lui, s’est massacré un genou (il se plaignait encore ce matin que cedit genou lui faisait mal) et a failli se faire une belle commotion cérébrale en se cognant le front direct sur un article de plomberie traditionnel que tout le monde a chez lui, mais que je ne peux nommer. Effectivement, je ne blâme aucunement les concepteurs du jeu, mais plutôt la coordination de manchot de Jonathan. (Désolé mon amour, prends soin de ton ti genou).


Laissez-moi vous dire que j’ai été choquée par le service à la clientèle chez Immersia. Vraiment, je suis sortie choquée. Ça n’a pas de sens de traiter les gens comme ça, surtout quand tu es toi-même GM dans un autre centre de jeu d’évasion. Tellement que je me suis sentie mal. En gros, il y a eu un petit pépin sonore avec la vidéo qui nous présentait la mise en situation. On nous a fait attendre un peu, mais rien n’a jamais fonctionné. Alors ils ont été vraiment effrontés et nous on remit un vraiment pas pire rabais sur notre prochain jeu chez Immersia. Franchement! Je suis outrée! Mais sérieusement, sans blaguer, j’ai vraiment été surprise et très contente qu’on nous offre ce cadeau pour le si petit pépin que nous avons eu. Nous allions retourner chez Immersia de toute manière alors de recevoir ce petit quelque chose nous a vraiment rendus heureux, mais aussi un peu surpris. On a même déjà un petit plan de comment nous allons profiter de ce petit quelque chose. Hint : on a pas encore fait leur deuxième salle, le Cirque des âmes perdues, à Boisbriand, et, en plus de ma Pride de gens, d’autres de mes collègues se sont manifestés pour embarquer avec nous, héhé!



Mon seul et unique point négatif que j’ai à dire sur la salle : à un moment, il y a un bouton panique qui est super mal placé. Bien entendu, le poulet au dos large s’est accoté dessus sans faire exprès. Étant donné la manière dont une des énigmes doit être résolue, ce bouton aurait vraiment dû se retrouver sur un autre mur. C’est donc Jonathan qui s’est sacrifié et a fait comme s’il n’existait pas pendant un court instant, pour aller rebarrer la porte, et nous permettre de résoudre l’énigme, pour que nous ayons l’expérience totale.


Appréciation générale : Mais quelle belle salle, quelle expérience, je comprends facilement pourquoi elle se retrouve dans le top 2 des meilleures salles du Québec selon les blogueurs. Facilement une de mes salles favorites, sinon ma salle favorite, nez à nez avec le Marcheur de rêve du Cabinet Mysteriis. En plus, avec un service à la clientèle de qualité exceptionnelle, à partir du moment où j’ai appelé pour réserver, au moment où j’ai quitté, je vous lève mon chapeau, Immersia. Et, pour paraphraser les mots de Marion, qui elle ne travaille pas chez Codex, donc qui n’est pas biaisée : ‘’ C’est la première fois que je fais une salle qui n’est pas de chez Codex que j’aime et qui ne me déçoit pas’’. (Marion, ne me poursuis pas si jamais j’ai mal résumé ce que tu as dit.)


Ambiance : parfaite. Je vous le dis, on était vraiment dans un hôtel. Et j’assume que ma tante missionnaire habitait dans cet hôtel. 5/5


Énigmes : Vraiment amusantes, des manipulations cool, des moments drôles, c’était parfait, ou presque! Je dois malheureusement enlever quelques points pour le bouton mal placé, je ne suis sûrement pas la seule à qui c’est arrivé, ce qui leur mérite un 4.99/5…sérieusement! Non, un 5/5!


Note finale : 10/10


Est-ce un jeu à faire : vraiment, le détour à Boisbriand en vaut la chandelle, j’ai super hâte d’y retourner pour le Cirque des âmes perdues avec ma belle gang. L’hôtel est parfait pour les débutants autant que pour les habitués.


La Pride de Gens (et je sais, okay okay j'avais pas ma tête de poulet, mais j'avais mon chandail!)

Veuillez noter qu'il s'agit d'une appréciation personnelle, qui n'a été influencée par personne d'autre que le poulet en fuite. Le but de cette critique est d'orienter les joueurs vers des jeux qu'ils vont aimer, d'inspirer les concepteurs de jeux et de faire lumière sur le monde des ''escape rooms''. Votre opinion peut facilement différer du miens. Le mieux est d'essayer la salle et de voir par vous-même!

Laissez-moi vos commentaires!

36 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout